Cirse

Nous l’attendions, nous l’espérions, nous croisions les doigts pour que la floraison des acacias se déroule dans de bonnes conditions. Forcément, le parcours sans faute … ça n’existe pas. Il ne fallait pas sortir les saints de glace de l’équation. Grosse douche froide pour tout le monde sur la colline pourtant recouverte d’acacias de Boucieu-le-roi. D’après les apiculteurs locaux, c’est un début d’année catastrophique, « les fleurs sont passées trop vite ». L’endroit était pourtant magnifique, on avait galéré comme pas possible pour placer les ruches au milieu de cette forêt de pins, on les avait bichonnées, et patatras ! Tout bien compté, c’est une dizaine de kg de miel qu’on a pu récupérer le 20 mai sur les 34 ruches installées. Un bel échec.
Seul lot de consolation chez Cirse, les abeilles sont présentes en grand nombre, la reine est en forme, le corps est complètement développé, et les butineuses n’attendent que de meilleures conditions climatiques pour réussir à amasser massivement du nectar. Jusque-là, le vent les a contraintes à rester confinées (elles aussi !), a balayé les fleurs et ne leur a pas permis de sécréter correctement du nectar. Il fallait agir. On a déplacé la colonie à Bourdeau, au pied du château et au bord du lac d’Aix-les-Bains.
Petite chronologie : le 28 mai, on prépare les colonies en Ardèche, on attend que les dernières rentrent à la maison. On ferme les portes à 22h, on débute le chargement, 34 ruches x 45 kg sur 200m en pleine nuit et en forêt (on vous laisse imaginer … 🙄). 4h plus tard, Cirse est sanglée sur la remorque comme 33 autres ruches, on part. Arrivée à Bourdeau à 4h30, on décharge pendant 2h30, puis 1h de voiture, boulangerie, dodo 😴. Comme l’impression d’être revenus 10 ans en arrière au cours d’une séance d’entrainement intense. Un grand merci à Lucas, venu de bon cœur nous prêter main-forte, il n’a pas été déçu du voyage !
A Bourdeau, on compte beaucoup sur les très nombreux tilleuls et leur impressionnante capacité à produire du nectar pour que les abeilles refassent les provisions stratégiques du corps et remplissent une hausse voire plus. Les ronces sont aussi en train de fleurir et bourdonnent de leurs premières visiteuses. On en saura plus mi-juin 🤞.