Oeillet sauvage

Le géant de la grande distribution Auchan, fondé en 1961 par Gérard Mulliez vient encore de s’agrandir. La filiale à Epagny vient d’accueillir quelque 300 000 nouvelles ouvrières logées au bout du lac d’Annecy. Un investissement utile et durable pour notre écosystème venant d’un grand groupe qui sait prendre ses responsabilités.

L’entreprise arrive au bon moment pour soutenir nos abeilles qui font face à une période délicate. D’abord, le froid, la pluie et le vent en avril et en mai, puis la canicule en juin, ont mené à la catastrophe les fleuraisons, mais également certaines de nos ruches. 🥀 Du jamais vu… Résultat : toute l’équipe a passé la majorité de son temps sur le terrain à essayer de subvenir aux besoins des abeilles 🐝 voire à voler à leur secours. 🚑

La colonie que nous avons installée dans la ruche Oeillet sauvage n’a pas trop subi de pertes malgré les 5 semaines de mauvais temps en avril et mai derniers. En effet, son développement encore peu avancé lui a épargné de lourdes pertes ! Un mal pour un bien puisque la jeune reine s’est mise au travail après cet épisode catastrophique. Catastrophique pourquoi d’ailleurs ?
Premièrement, les bourrasques 💨 et la pluie 🌧 sont deux facteurs rédhibitoires pour sortir de la ruche.
Deuxièmement, le nectar était absent des fleurs. En effet, il « monte » dans celles-ci avec l’augmentation de température, autant dire que ces montées furent simplement inexistantes. En résumé, les abeilles ne pouvaient pas sortir de la ruche, ni récolter de nectar ou autre source d’énergie essentielle à leur survie.

Cette colonie est donc en plein développement et plutôt en bonne santé. Les surfaces de couvain augmentent régulièrement et la place va rapidement venir à manquer. C’est ici que nous intervenons pour augmenter le volume en posant une hausse. La hausse est en fait le compartiment supérieur dans lequel les abeilles viennent stocker le surplus de leur récolte, une sorte de grenier à miel. 🍯 😋

Que fait-on maintenant ?
Comme les rentrées de nectar diminuent en plaine, on réfléchit à transhumer, c’est à dire déplacer les ruche plus haut en altitude pour bénéficier d’une floraison plus longue et diversifiée. À suivre d’ici quelques jours 🌄